Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Incontournables

Jérôme Delatour 
Feuilleter Danser
et Ballettanz

 

Photo

360-berlin.de (Berlin)
ArtComArt (France)
Patrick Berger (France)
Eric Boudet (France)
Cit'en scène (France)
Dance Photo (Berlin)
David-o.net (France)
Fédé Photo (France)
Images de danse (France)
Laurent Paillier (Paris)
Laurent Paillier sur Flickr...
et sur Photoshelter
Photodanse.fr
(Vincent Jeannot, Paris)
Photolosa (Toulouse)

Photoscène (Agathe Poupeney) : festival Paris Quartier d'été, festival Bains numériques
PlotPoint PicturesBerlin
Raphaël Pierre (Paris)
Jef Rabillon (Angers)
Christine Rogala

Nathalie Sternalski (Paca)

Tancelet.hu (Hongrie)
Terasz.hu (Hongrie) ZZZ
Ursula Kaufmann
(Allemagne)

YoanafotoDanza (Espagne)

Professionnels seulement :
Enguerand Bernand (France)
Pierre Grosbois (France)


Audio

Des Fourmis dans les jambes ♥♥♥
Movement Museum (interviews, Montréal) ♥♥♥


Vidéo

Article19 (Grande-Bretagne) ♥♥♥

Artsalive.ca (Canada) ♥♥♥
Chorème (Canada) ♥♥♥
CND, la saison en images
Concordia University (Canada)

Contemporary Body Movement... Research
Culturebox (France) ♥♥♥
Dance-tech.net
Dailymotion : l'exploration d'Images de danse
Danza.es (Espagne)
♥♥♥

ImPulsTanz (Vienne) ♥♥♥
Idança
(Portugal)
Kulturvision (Vienne)
♥♥♥ 
Movimiento.org ♥♥♥
Muvideo (Italie) ♥♥♥
Numeridanse (Lyon) ♥♥♥
Oc-tv (Toulouse)
On-line-dance.tv
ZZZ
Pacabox (région PACA)
TanzForumBerlin
(Berlin) ♥♥♥
Videodance.org.uk (infos et liens)
Videodance.org.uk sur Delicious (liens) ♥♥♥

Vimeo : Contemporary Dance ♥♥♥
YouTube : le choix d'Images de danse ♥♥♥

Vlogs

Weekly Rites (Clare Byrne) ♥♥♥
Dance Vids (Bam Productions) ZZZ
Dance Vlog (Lei Stone) ZZZ
Little Dances Everywhere (Zena Bibler)
Lo Studio 28
  ZZZ

 

Agendas et critiques

Scènes 2.0 ♥♥♥
Arcadi (Île-de-France)
CritikArt.net (France)

Contredanse (Belgique)
♥♥♥
Danzine.fr

Danse suisse (Suisse) ♥♥♥
Danstidningen (Suède)
DfDanse (Montréal)
EuroNews (reportages vidéo)
Fluctuat

Horschamp.org (Cassandre) ♥♥♥
Ladanse.com
La Terrasse
(Île-de-France)
La Tribune
Mediapart
Le Figaro
Le Monde
L'Humanité
Libération

Mouvement ♥♥♥
Obscena ♥♥♥
Offoffoff (New York)
ParisART (France)

Scènes magazine (Suisse)
Tanz.at
(Autriche)
Tanznetz.de ♥♥♥

Tanzserver-nrw (Allemagne)
Théâtre on line

Théâtrorama
Umoove

Des blogs comme
s'il en pleuvait

Artistes créatifs ZZZ
Berlin sur scènes

Bien culturel
♥♥♥
Blog de l'amitié créative
ZZZ
Blog de Ladanse.eu
Clochettes
♥♥♥
Counterfnord
♥♥♥
Cour ou jardin
ZZZ
Critiphotodanse

Da...nce ♥♥♥
Dance on Paper
Danse à l'Oeuvres ♥♥♥
Danse à Clermont
Danse-à-Montpellier ♥♥♥
Danse et dense
Dansez.info (Caen)
Dansistan
La Danza contemporanea

David-o.net

Double Je
ZZZ

Else danse
Favorites choses
Flailbox

I am what I am ZZZ
Idanca
(Portugal)
In the Mood for Jazz
Journal d'un danseur
♥♥♥
Le 06 danse (Alpes-Maritimes) ZZZ
Mezetulle
Miklos
Native Dancer
Networked_Performance

(danse en réseau)
O Melhor Anjo
♥♥♥

Panopticon
So...
ZZZ
Tadorne ♥♥♥
Uncoy ♥♥♥

Un soir ou un autre ♥♥♥

Zappingdanse ZZZ

<!-- Facebook Badge START --><a href="http://fr-fr.facebook.com/jerome.delatour" title="Jérôme Delatour" target="_TOP"><img src="http://badge.facebook.com/badge/1566402414.940.1441441975.png" alt="Jérôme Delatour" style="border: 0px;" /></a><!-- Facebook Badge END -->

Recherche


 
Agathe-Poupeney_Retrospective-photosensible.jpg
    Après l'album photo DC/VJ 2010 de Vincent Jeannot, toujours disponible, Agathe Poupeney publie Rétrospective photosensible, qui revient sur cinq années passées à photographier le festival Paris quartier d'été. Les plus radins le feuillèteront en ligne, les autres le commanderont ici
 
 

DVD toujours disponibles (critique un de ces jours ;-)...) : La danse : le ballet de l'Opéra de Paris de Frederick Wiseman ; Chic et danse 1, de Philippe Vallois (Nijinski, la marionnette de Dieu - Huguette Spengler, la nébuleuse du rêve)

 

Archives

Le meilleur de Flickr

23 février 2010 2 23 /02 /février /2010 10:52

J'étais venu photographier Viviana Moin dans son nouveau solo, Mme Gonzalez au piano, je suis resté toute l'après-midi.

Le Dansoir de Karine Saporta est une chic idée. Imaginez-vous une grosse yourte grise plantée sur l'esplanade de la bibliothèque François Mitterrand. Les nomades de l'art courant à bride abattue sur les fleurons froids de notre modernité pour y planter leur étendard fragile.

Cette yourte est un authentique Magic Mirror, un de ces étonnants mini-cirques fabriqués au début du 20e siècle, ressemblant à l'intérieur à de grands manèges, avec leur colonnettes de métal torsadées et leurs parois de bois plaquées de petits miroirs. Avec cela, des tentures de velours cramoisi, de la passementerie dorée, des globes qui me font penser à des lampions chinois. On y croiserait Satie ou Lautrec qu'on n'en serait pas autrement étonné. Karine Saporta, elle, promène son sourire rouge dans un grand manteau noir à longs poils de jais qui prolongent sa chevelure ondulante.

Donc, le festival Indisciplines de Karine Saporta, programmé par Sabrina Weldman, met en avant des artistes émergents, ou le cul entre deux cases, des trublions pas toujours volontaires ; et cela nous vaut une programmation transgenres à laquelle il faut s'abandonner, sans à priori.

http://farm3.static.flickr.com/2750/4379169976_787456d048_b.jpg
Viviana Moin, Madame Gonzalez au piano
(cl. Jérôme Delatour-Images de danse)


L'après-midi débutait avec Viviana Moin. Cela fait plusieurs fois que je la photographie au Regard du Cygne et au théâtre de Vanves. Viviana est difficile à photographier, parce qu'elle ne donne pas dans le spectaculaire. Elle aborde le public micro en main, le prend par la confidence. En cela sa stratégie d'approche/d'accroche est semblable à celle d'Yves-Noël Genod. D'emblée, le public est désarmé. Dans certains lieux on lui reproche même de ne pas danser. Alors, pour situer, on va dire qu'elle est performeuse. Mais elle aimerait bien qu'on la dise danseuse, je crois. C'est qu'elle parle beaucoup sur scène. Elle raconte des histoires, des morceaux de sa propre histoire plus ou moins vrais, un peu surréalistes. Ce n'est pas pour rien que Viviana est argentine. Elle a quelque chose du Nouveau Monde, de ce baroque qui mêle la mort et l'exhubérance.

Cette fois, Viviana parle peu et improvise. De Mme Gonzalez et de son piano, il ne sera pas beaucoup question. Alors de quoi est-il question ? De l'être, de la femme, de la transe. De primitivité ou de nature. Pour l'occasion, avec des pains de paille de fer elle s'est confectionné une imposante perruque de marquise et des dessous coordonnés. Grimée à la Josephine Baker, surmontée de sa perruque mais déjà nue, elle tente quelques figures de danse. Parfois elle adresse au ciel des regards de madonne. Ou bien, les genoux au carré, elle singe les danseuses sacrées de l'Inde. Comme si cela ne suffisait pas, elle s'appelle Pichipilu, du nom d'un marsupial éteint de Patagonie (rappelons que le pichipilu fait partie de la sous-famille des pichipilinés, qui comprenait le phonocdromus et le pliolestes). Viviana a le chic pour s'inventer des tenues de carnaval un peu déglinguées. Cela fait rire le public, et sa maladresse feinte. Mais elle est on ne peut plus sérieuse, on sent que pour elle le déguisement est un rite nécessaire. Elle accueille l'étrangeté. Sérieuse en se jouant, s'échappant derrière ses multiples avatars, identités d'occasion. Mais la perruque d'argent va valser, ce boulet tournoyer, les cheveux se détacher, l'âme humaine se libérer ; par la transe, la marquise devenir Indienne imaginaire, et Viviana presque méconnaissable, parce que tout à fait elle-même, syncrétique, pleinement femme.

http://farm5.static.flickr.com/4001/4378427911_a598865bcb_b.jpg
Viviana Moin,
Madame Gonzalez au piano
(cl. Jérôme Delatour-Images de danse)


Autre figure de femme avec l'Alzbeta Hlucha d'Eva Klimackova. Qui est Alzbeta Hlucha ? Google ayant été incapable de me le dire, je vais supposer que c'est un personnage inventé*.

Cuisse blanche,
Orteil qui danse,
Fleur noire sur la neige,

d'abord on dirait du butô. Le costume est la moitié du personnage. Caricature de la mode romantique, avec sa capote-tunnel conçue comme des oeillères à chevaux, il souligne son enfermement. Mais l'ample corolle sans jupons souligne aussi la nudité qui s'impatiente au-dessous, comme un papillon qui se frotterait aux barreaux d'une cage. Une pulsion impérieuse anime cette figure énigmatique, ce masque lisse comme l'Olga de Picasso. Silencieuse, poupée de chiffon agitée de gestes étranges, elle jette la main à la manière des autistes, pauvre chose perdu qui se cherche sans fin dans les flocons. Elle se dresse sur un pied comme un oiseau dormant, se déride quand la musique se décoince : audace enfantine, elle relève sa robe jusqu'aux seins. La belle aliénée bêle et nous pique au vif. Vive les chorégraphes slovaques !

La Brûlure du regard de Karelle Prugnaud commence comme un cours d'histoire de l'art, par une projection. Pour beaucoup, c'était le plat de résistance. Non parce que quatre Bacchantes encellophanées les accueillaient avec de la viande entre les dents, ou piquée à la pointe d'un couteau de boucher, mais par l'ambition et le nombre des interprètes. Qu'en dire ? Karelle Prugnaud met en scène, ou brode autour du mythe d'Actéon, en recourant aux tics traditionnels de la scène contemporaine, nous reservant les clichés les plus éculés des genres et du désir - attendez vous à voir des talons aiguille, de la boue, du sang, des crinières déliées, des excès de maquillage, du stupre de bon ton. Les femmes sont tour à tour cerfs et chiens, prédatrices et victimes. On espère quelque chose au début, Karelle Prugnaud semblant vouloir brouiller le mythe en y introduisant la figure du cygne, mais l'idée n'ira pas plus loin, et il faut bientôt se farcir un fade monologue d'Eugène Durif. Tout cela me paraît bien vain. Quoi de neuf après Ovide et la Renaissance ? Malgré une bonne volonté patente, l'excès de viande finit par être indigeste.

* Renseignement pris, il s'agit de la grand-mère d'Eva.

Mme Gonzalez au piano, de Viviana Moin, Alzbeta Hlucha, d'Eva Klimackova, et La Brûlure du regard, de Karelle Prugnaud, ont été donnés au Dansoir de Karine Saporta le 14 février 2010 dans le cadre du festival Indisciplines.

Retrouvez ici Mme Gonzalez au piano en images
(pour les voir toutes, vous devez ouvrir un compte Flickr
et désactiver le filtre SafeSearch)

Partager cet article

Repost 0
Published by Jérôme Delatour - dans Critiques
commenter cet article

commentaires

Jérôme Delatour 25/02/2010 21:42


Si René Girard l'a à peu près dit, Jérôme Delatour s'incline. Et JD le reconnaît encore, il a quand même été très très DUR. S'il avait été aveuglé, il l'aurait été moins.


Guy 25/02/2010 21:34


Les mythes sont plutôt fait pour nous aveugler, sinon  ils ne fonctionnent pas en tant que mythes (Cf Réné Girard ou à peu prés). Mais il semble que tu aie été moins aveuglé qu'Actéon


Jérôme Delatour 25/02/2010 10:41


Bonsoir Vincent, pour l'excès de viande, fraîche ou vivante, tous ceux qui ont vu le spectacle comprennent de quoi il retourne... je suis dur parce que je n'ai pas compris ce que Karelle Prugnaud
voulait nous dire. Or les mythes sont faits pour nous parler et nous faire réfléchir.


Vincent Lohier 24/02/2010 23:58


 

Tu es dur avec la "brulure du regard" de Karelle Prugnaud... "l'excès de viande
finit par être indigeste", je ne vois pas de quoi tu parles...J'y voit plus une généreuse abondance de chair fraiche... Question de regards...



Articles Récents

Festivals & cies

Quelques festivals...


Hiver


Artdanthé (Vanves, entre novembre et mars)
Faits d'Hiver (Île-de-France, janvier)
Tanztage Berlin (janvier)
SzólóDuó Tánc Nemzetközi Fesztivál (Budapest)
Escena contemporanea (Madrid, janvier-février)
Vivat la danse ! (Armentières, février)
Tanzplattform (février, Allemagne)  
DañsFabrik (Brest, février-mars)
Les Hivernales d'Avignon (Avignon, février-mars)
Tanz Bremen (Brème, mars)
Les Repérages (Lille, mars)
Biennale nationale de danse du Val-de-Marne (mars-avril)

Printemps


Biennale de danse de Charleroi (mars-mai)
Freedance
(Dniepropetrovsk, Ukraine, avril)
Brasil Move Berlim (Berlin, avril)

Springdance (Utrecht, avril)
La danse de tous les sens (Falaise, mai)

Rencontres chorégraphiques internationales de Seine-Saint-Denis (Île-de-France, mai-juin)

Festival TransAmériques (Montréal, mai-juin)
Tanec Praha
(Prague, juin)
Dance Week Festival (Zagreb, juin)
Uzès Danse
(Uzès, juin)
Latitudes contemporaines (Lille, juin)
Alkantara festival (juin)
Zawirowania (Varsovie, juin)

Eté


Festival de Marseille (juin-juillet)

Montpellier danse (Montpellier, juin-juillet)
Festival d'Avignon (Avignon, juillet)
L'Eté des Hivernales (Avignon, juillet)
ImPulsTanz (Vienne, juillet-août)
Paris quartier d'été (Paris, juillet-août)
Internationale Tanzmesse nrw (Düsseldorf, août)
Tanz im August (Berlin, août-septembre)

Automne


Biennale de la danse (Lyon, septembre)

Le Temps d'aimer (Biarritz, septembre)
Plastique Danse Flore (Versailles, septembre)
Dansem (Marseille, septembre-octobre)
Sidance (Séoul, septembre-octobre)
iDans (Istanbul, septembre-octobre)

Ciało/Umysł (Varsovie, septembre-octobre)
Festival d'Automne (Paris, septembre-décembre)
Les Eclats chorégraphiques (Poitou-Charentes, octobre)
Tanzhautnah (Cologne, octobre)
123Tanz (Hall, Autriche, octobre)
Tanztendenzen (Greifswald, octobre)
Bøf (Budapest, octobre)
Panorama de dança (Rio de Janeiro, octobre-novembre)
Dance (Munich, octobre-novembre)
Fest mit Pina (Allemagne, novembre)
Euro Scene Leipzig (novembre)
Les Inaccoutumés (Paris, novembre-décembre)
Decemberdance (Bruges, décembre)

Dates variables


DatanzDa (Zürich)
Les Grandes traversées (Bordeaux)
Ikonoclaste (Wuppertal)
Junge hunde (Kanonhallen, Danemark)



... & compagnies


cie l'Abrupt (Alban Richard) VID
Absolutamente (Jesus Sevari)
AIME (Julie Nioche)
Aitana Cordero VID
Alias (Guilherme Botelho)
Ann Liv Young DVD
Anna Halprin
Ann van den Broek VID
cie Ariadone (Carlotta Ikeda) VID
Arthur Kuggeleyn + Co.
As Palavras (Claudio Bernardo) VID
Association Achles (David Wampach) VID
Association Edna
(Boris Charmatz)
cie Caterina Sagna VID
cie Cave canem (Philippes Combes) VID
cie Christine Le Berre
cie C.Loy (Cécile Loyer) VID
Corps indice (Isabelle Choinière) VID
cie Dans.Kias (Saskia Hölbling) DVD
cie DCA (Philippe Decouflé) VID
Deja donne
(Lenka Flory et Simone Sandroni) VID
Digital Video Dance Art (Iker Gómez) VID
Dorky Park (Constanza Macras) VID
Editta Braun Company VID
Erna Omarsdottir VID
cie Felix Ruckert
Les Gens d'Uterpan (Annie Vigier/Franck Apertet)
cie Gilles Jobin DVD VID
cie Greffe (Cindy van Acker)
Groupe Noces (Florence Bernad) VID
Hors Commerce (Hélène Cathala) VID
cie Isabelle Schad
Jeremy Wade
cie Jocelyne Danchik VID
cie Jours tranquilles (Fabrice Gorgerat)
cie Kataline Patkaï
Katharina Vogel VID
Kekäläinen & Company
cie Krisztina de Châtel DVD
Kwaad bloed vzw
(Charlotte vanden Eynde & Ugo Dehaes)
L1 danceLab (collectif hongrois)
La BaZooKa VID
La Ribot DVD
La Ventura et cie (Anna Ventura) VID
La Zampa (Magali Milian-Romuald Luydlin) VID -> photos
cie L'Explose (Tino Fernández)

cie Li-Luo (Camille Mutel) VID
Liquid Loft (Chris Haring) VID
Marcela Levi VID
cie Marie Chouinard
VID
Márta Ladjánszki VID
Mette Ingvartsen VID
MHKArt (Meryt-Halda Khan) VID
Michèle Noiret VID
Mossoux-Bonté DVD VID
Niko Raes VID
Olga Pona VID
cie Pal Frenak
Perrine Valli
Pé Vermeersch VID
cie Philippe Saire
cie Post-Retroguardia (Paco Dècina)
Quasi Stellar (Apostolia Papadamaki)
Re.al (João Fiadeiro) VID
Real dance Super Sentai (Ines Birkhan & Bertram Dhellemmes)
cie Rosalind Crisp
VID
Rosas (A. T. de Keersmaeker) DVD
RoseAnne Spradlin Dance
Sinequanon VID
Sol Picó
Superamas VID
cie Thor (Thierry Smits) VID
cie Toufik OI VID
Troubleyn
(Jan Fabre)
Ultima vez (Wim Vandekeybus) DVD VID
United-C (M. van der Put / P. Roelants) VID
Virginie Brunelle

Viviana Moin
XLproduction (Maria Clara Villa-Lobos) VID
Yasmeen Godder VID
Yves-Noël Genod

VID